Commerce

A- A A+

Environnement commercial / Décisions C.D.E.C.

+ 300m² DANS LES ARDENNES


IDC 2010



Les décisions C.D.E.C.


Téléchargez les décisions C.D.E.C. pour :

1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

La consommation des ardennais - IDC 2005


Comment consomment les ardennais ? Quel est le panier moyen des consommateurs ? Quelles sont les dépenses en Alimentaire, Equipement de la personne, Equipement de la maison, Culture et Loisirs, Santé et Services ?

Autant de questions qui sont traitées dans cette nouvelle étude de la CCI des Ardennes à partir des IDC 2005 et des dépenses de consommation 2004 de l’ACFCI.

Téléchargez la consommation des ardennais - IDC 2005 (2100 Ko)



Le Hard Discount Alimentaire
dans les Ardennes 2005


L’Observatoire du Commerce de la CCI des Ardennes vient de réaliser une étude sur le hard discount alimentaire du département.
Cette analyse permet de comprendre l’évolution de ce nouveau phénomène de consommation qui se développe d’année en année, et d’anticiper les futurs projets de création ou d’extension.
L’étude sera communiquée à tous les acteurs politiques et économiques qui interviennent dans les décisions CDEC afin d’être mieux sensibilisé à cette forme de vente.

Les Ardennes comptent 31 magasins hard discount de 299m² à 1237m², totalisant 20060m² de surface de vente soit 19% des surfaces de la grande distribution (hyper 45% , super 35% , supérettes 1%).
Si Lidl est l’enseigne le plus représentée en France, elle se trouve deuxième dans les Ardennes avec 10 points de vente, derrière Aldi (12 magasins). On compte également 5 magasins Le Mutant, 2 Leader Price et 2 Netto.

Depuis la création du 1er maxi-discompte ardennais en 1992, le nombre de magasin a régulièrement augmenté et s’est parfaitement adapté à la nouvelle réglementation CDEC de 1996 (Loi Raffarin) qui devait freiner le développement de la grande distribution et préserver le commerce traditionnel, notamment en zone rurale.
Le premier format 299m² apparaît ainsi en 2000 à Charleville-Mézières pour atteindre 8 magasins en 2005 (soit 12% de la surface de vente du hard discount).

Avec un taux d’emprise de 14,0% dans les Ardennes, les discounters sont bien représentés sur le territoire et dépassent légèrement la moyenne nationale (13,4 %).
Comparé aux supermarchés classiques, le hard discount a une rentabilité au m² bien supérieure (+ 30%). Dans les Ardennes, il affiche une rentabilité égale à 7110€/m² pour une surface moyenne de 571m².
Les magasins hard discount créent également moins d’emplois au m² (-20%) par rapport aux supermarchés classiques. Avec 1,07 ETP (Equivalent Temps Plein) pour 100 m², les hard discounters ardennais emploient 45% de moins que la moyenne nationale.

  • Depuis 1992, 4 constats peuvent être établis :
    • apparition et forte augmentation du hard discount,
    • diminution de nouvelles entreprises alimentaires traditionnelles,
    • fermeture d’entreprises alimentaires traditionnelles (alimentation générale, boucherie, boulangerie, poissonnerie) - phénomène nouveau qui apparaît en 2000 et s’amplifie,
    • pas de création de nouveau supermarché ou hypermarché depuis 1998 mais une augmentation des surfaces (5588m² sur 7 ans).

A partir de ce constat, il semble qu’un certain seuil de magasins hard discount, amplifié par des extensions de surfaces des supers et hypermarchés, enclenche un déséquilibre des formes de ventes au détriment des activités traditionnelles en place.

Téléchargez l’étude complète sur le Hard Discount Alimentaire 2005 dans les Ardennes.

Les études sont disponibles à la CCI des Ardennes