Informations - Presse

A- A A+

Restitution Grand Débat national CCI Ardennes et MEDEF

« Le Grand Débat des acteurs économiques et de l’emploi ardennais »

Restitution de la réunion du 7 mars 2019

Dans le cadre du Grand Débat national, les Entrepreneurs et autres Acteurs Economiques et de l’Emploi ardennais doivent exprimer leurs attentes, leurs idées, leurs solutions pour contribuer au nouveau contrat avec l’Etat.

Pour ce faire, la CCI Ardennes et le MEDEF Ardennes ont organisé « Le Grand Débat des acteurs économiques et de l’emploi ardennais » qui s’est tenu le Jeudi 7 mars 2019 à 17 h 30 dans les locaux de la Maison des Entrepreneurs Ardennais à Charleville-Mézières.

Les propositions

LA FISCALITE ET LES DEPENSES PUBLIQUES

  • Supprimer les écarts de traitement entre les régions (province) et la région parisienne. exemple : montant de la prime transport,
  • Diminution du train de vie de l’Etat permettant d’alléger les charges sur les salariés,
  • L’Etat doit améliorer ses achats afin de limiter ses dépenses,
  • Diminuer les charges sur les entreprises – les politiques et responsables de structures nationales doivent être plus actifs,
  • Supprimer des réglementations inutiles faisant perdre du temps aux entreprises,
  • Augmenter les effectifs liés aux contrôles des fraudes en utilisant les personnels en poste sans affectation dans les administrations,
  • Changer les seuils de salariés freinant le développement (surtout 50) ; faciliter la transmission d’entreprise en baissant les frais de succession sur les biens économiques (cité 2 fois),
  • Réduire la complexité de fonctionnement de l’administration (exemple : livraison repoussée par ministère qui ensuite demande des frais pour retard de livraison !),
  • BER (dispositif d’exonération fiscal et social) pour toutes les société ardennaises – important pour la reprise d’entreprises en difficulté,
  • Arrêter de sur transposer sur les directives européennes,
  • Abaisser les seuils d’aide à l’export (le seuil démarre à un CA de 500 k€).
  • Remarques
  • Attention aux entreprises étrangères qui vont concurrencer fortement les entreprises françaises,
  • Gestion des dépenses retraite trop importantes par rapport aux autres pays : problème de la prime transport,
  • Quels avantages acquis sommes-nous prêts à laisser pour baisser la dépense publique et les 60% d’aide publique ?
  • Il faudra du courage pour remonter l’âge de la retraite et limiter les indemnisations chômage.

L’ORGANISATION DE L’ETAT ET DES SERVICES PUBLICS

  • Simplification administrative pas suffisamment poussée, trop de strates,
  • Fusionner des structures ayant des objectifs ou cibles similaires (type CCI et CMA),
  • Supprimer le statut de fonctionnaire ou le limiter aux seules fonctions régaliennes (cité 2 fois),
  • La comptabilité publique d’Etat et des Collectivités doit être revue (prendre le modèle des entreprises),
  • Revaloriser le rôle des parlementaires – les députés au parlement pour contrôler l’exécutif et les sénateurs d’avantage sur le terrain,
  • Renforcer le contrôle budgétaire des collectivités,
  • Faire appliquer les préconisations de la Cour des comptes et des Chambres régionales des comptes,
  • Harmoniser les décisions européennes et la législation française,
  • Présenter le déficit de l’Etat en mode comptable et non pas par rapport au PIB.

L’EMPLOI

  • Augmenter l’attractivité des métiers dont les entreprises ont besoin (cité 2 fois),
  • L’administration doit avoir la culture du projet pour favoriser le développement des entreprises ; ne pas freiner par la complexité des dossiers à présenter,
  • Stabiliser la législation (dont la fiscalité) pour donner une vision à long terme (exemple taxe sur énergie) (cité 2 fois),
  • Des mesures comprises sont des mesures partagées (exemple : la fiscalité énergie est absente sur le ferroviaire, l’aérien et le naval),
  • Revaloriser l’apprentissage pour attirer les jeunes et en augmenter leur nombre,
  • Sensibiliser les entreprises de l’intérêt d’accueillir en stage les élèves de 3ème pour leur diffuser une culture d’entreprise,
  • Mission d’évaluation de l’impact des aides aux entreprises : remplacer les aides par une diminution des charges,
  • L’aide à l’emploi devrait se faire sur les salaires de techniciens plutôt que sur les bas salaires,
  • Réglementer les emplois d’aide à la personne qui vont augmenter fortement dans les années à venir ; attention au travail « au gris » (moitié déclaré et moitié au noir),
  • Simplifier le droit du travail (11000 articles),
  • Les aides sociales peuvent être données à l’entreprise et reversées au salarié,
  • Augmenter la formation aux langues étrangères en formation initiale et en formation continue,
  • Attention au dispositif bonus/malus qui peut pénaliser l’emploi.

LA TRANSITION ECOLOGIQUE

  • Favoriser les économies d’énergie car la France est en retard sur les autres pays,
  • Favoriser la performance énergétique de l’habitat permettra de relancer les entreprises du bâtiment,
  • Favoriser l’énergie gaz pour les véhicules ; il n’y a pas assez de bornes de recharge en province,
  • Favoriser la production de biocarburants dans le monde agricole et les technologies d’assimilation du carbone,
  • Préserver le nucléaire et les savoir-faire associés qui sont une chance pour la France,
  • Aider les personnes à faible revenu pour passer au véhicule électrique ; exemple : emplois d’aide à la personne,
  • Associer les Français sur les grands choix : référendum sur les véhicules électriques, le nucléaire …
  • Stabiliser les décisions sur du long terme ; exemple le diésel favorisé il y a peu est maintenant rejeté.